Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/10/2018

Le Larousse et la Commune de Paris 


Ma bibliothèque recèle vraiment des trésors.
J'ai retrouvé une demi-douzaine d
e numéros de l'Histoire de France en bandes dessinées que Larousse avait éditée en 1977. C’était une bonne idée ! Hum, oui !

J'ai pris, sûrement pas par hasard, l'exemplaire qui parle de la Commune de Paris. Je ne suis pas allé plus loin que la préface pour être complètement indigné ! La Commune de Paris c'est pire que 68 ! Que de conneries on a pu écrire sur ton compte ! Que l'on dise que les communards ne savaient pas faire la guerre, ça je veux bien ! Ce n'est pas moi qui irai le leur reprocher. Mais affirmer qu’ils n'ont fait que deux choses : le moratoire sur les loyers et l’interdiction du travail de nuit des boulangers, ça c'est le comble ! D'abord, les loyers, ce n'était pas un moratoire. Moratoire, le Larousse, tu es payé pour le savoir, ça vient du latin morari que l’on peut traduire par s’attarder. Autrement dit, ce serait un délai de paiement, alors que la commune avait décrété un effacement total du loyer pendant 3 mois. Petit détail, juste pour que tu juges du sérieux de la publication. Mais dire que la commune n'avait fait que cela, c'est vraiment de la mauvaise foi. Et je le prouve : moins de 15 pages plus loin, l'auteur rappelle que le 2 avril, la commune avait décrété la séparation de l'Eglise et de l'État. Excuse du peu. Il a fallu plus de 30 ans pour que la République en fasse autant.


Va jeter un coup d'œil sur la toile et tu verras l'incroyable travail que la commune a pu faire en moins de 7 semaines.
Je ne rappellerai, déformation professionnelle oblige, que le XXème, entre autres arrondissements, avait décrété l’école laïque et gratuite. Encore une fois, excuse du peu !
Voilà,  le Larousse, ce que tu refuses de reconnaître :il se passe de belles choses quand le pouvoir est réellement donné au peuple ! tu vas me dire que ça ne se passerait pas comme ça aujourd'hui, que le peuple est complètement abruti par la TV et la société de consommation. Pas si sûr. Je suis persuadé que si on cré
ait une constituante composée de 51 % de citoyens tirés au sort, il y a bien des choses qui seraient foutues par terre. Peut-être même l'élection au suffrage universel du président de la République. En tout cas son pouvoir exorbitant serait surement rogné !
En attendant je vais imprimer quelques extraits de Wikipédia et les coller à côté de cette préface indigne. Il ne faudrait pas que mes petits-enfants, quand ils se partageront mes BD, soient intoxiqués par l'esprit réactionnaire du Larousse.

Bonne journée.

Écrire un commentaire