Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/06/2016

S la fin de l'Europe ?

 

Quelques uns de mes fidèles se sont étonnés de mon silence. Pour se faire entendre dans ce monde de tumulte, il faut crier. Oui, j'avais envie de crier 'Basta !.' Ras-le-bol de ces guerres, de ces émigrés qui se noient, des autres que l'on parque. De cette loi travail, des briseurs de vitrines, de ces supporters fous, du chômage de masse... Je m’arrête. Et je me suis arrêté pendant 10 semaines. Comme un moine, j'ai joué les ermites. J'avais besoin de réfléchir, de méditer. Au milieu de cette frénésie, de cette agitation stérile, j'avais besoin d'une pause. Je crois que je vais continuer : mieux vaut méditer plutôt que de parler pour ne rien dire.

Mais aujourd’hui j'ai envie de te faire partager quelques réflexions. Je n'aime pas beaucoup réagir à chaud. Il faudra du temps pour mesurer les effets de ce brexit. Alors parlons de la démocratie. 72% de suffrages exprimés c'est énorme. On pourrait croire que pour une fois, la démocratie a marché. Mais 72% de 51,9 ça ne fait même pas 37,4% de la population qui s'est exprimé pour le brexit. Près des 2/3 ne se sont pas exprimés ou étaient contre. Tu comprends pourquoi je suis contre cette démocratie, et en particulier contre les référendums. Qu'on vote pour savoir s'il faut peindre les volets de la mairie en vert ou en rouge... pourquoi pas. Mais c'est tout.

Regarde un peu ce qui s'est passé. La veille du référendum les pourcentages des intentions de vote étaient inversés, mais près d'un cinquième des britanniques  étaient encore indécis. Ce sont eux qui ont fait pencher la balance. Au dernier moment. Avec une réflexion sur les conséquences sur leur commerce extérieur ? Sur le cours de la livre ? Sur toutes ces questions extrêmement difficiles où même les experts ne sont pas d'accord ? J'ai plutôt entendu des réflexions sur la fierté nationale, sur l'immigration... Tu vas me dire que je prône un pouvoir technocratique. Justement non. C'est l'un des reproches justifiés qui a été fait à l'Europe.

L'autre reproche justifié c'est que l’Europe a été faite à l’envers : pas par les peuples mais par des politiques. On a échappé à la C.E.D. La Communauté Européenne de Défense. Ils voulaient faire l'Europe à partir d'une armée unifiée, contre le péril soviétique. Remarque en passant que saurait été mieux qu'une Europe inféodée à l'Otan. Mais on n'a pas échappée à une Europe du capital. Un marché commun ça n'a rien de social. À l'époque d'un marché commun mondial, il fallait une volonté politique commune forte pour que 12%, je crois, de la population mondiale impose au reste du monde,une gestion humaine de l'économie. Est-ce la fin de l' Europe du capital ? Va-t-on assister à l'émergence d'une Europe des régions, d'une Europe sociale ? Il y a du pain sur la planche.

Pierre Otchick

 

06/03/2016

Le banquier, l'anarchiste et le bitcoin

Non, le titre n'est pas de moi ! Pourtant c'est mon style. Eh oui, les génies sont toujours copiés. Edouard Castleton a du lire mon blog... Mais je lui pardonne parce que son article1 est... génial ! Il doit faire honte à notre gouvernement... qui manque vraiment d’imagination et... d'érudition. Oui, il existe des tas de solutions à la crise du néocapitalisme. Évidemment cela suppose un certain nombre de remises en question. Notre système monétaire, par exemple. C'est incroyable le nombre de systèmes qui ont été proposés, et même expérimentés, ces deux derniers siècles. Même aux Etats-Unis ! Edouard Casteton en cite quelques uns. Par exemple : et si on remplaçait la valeur marchande par la valeur en nombre d'heures de travail ? Ce serait révolutionnaire ! Eh oui ! Mais pourquoi ne pas essayer. Edouard Casteto fait remarquer, comme Jeremy Rifkin, que la Toile rend facile certains essais. Enrayer la capitalisation ? Une monnaie qui se dévalue toute seule : 1/1000 par semaine, ça fait 5,2% par an, c'est jouable !

J'ajouterais mon grain de sel. Pourquoi ne pas supprimer l'argent liquide ? La carte monéo c'était bien pratique pour payer son café ou son journal. Avant que les banques ne la coule en la faisant payer trop cher pour les commerçants. Ces derniers pourraient s'unir, localement par exemple, pour en recréer une – une 'bitcard' qui ne soit pas gérée par les banques – et qui n'aurait son équivalent en euros que dans une zone restreinte. Ça vaut le coup d'y réfléchir ! Allez, l'imagination au pouvoir.

À ce propos, ça vaudrait peut-être le coup de lire le livre : Quand les socialistes inventaient l'avenir dont Edouard Castleton est coauteur. Si tu arrives à le lire avant moi dis moi ce que tu en penses.

Pierre Otchick

1 Le Monde Diplomatique de mars 2016, p 3.

 

28/01/2016

Christiane Taubira et la bêtise des terriens

J'allais écrire « ...et la bêtise humaine » et je me suis ravisé. Les habitants de Dzêta 1-4 du Réticule sont plus humains que les terriens. Les bonobos aussi. La bétise est vraiment une caractéristique de ce grand singe peuplant la terre et que, par défaut, j'ai appelé terrien. La preuve ?

« Calomniez, calomniez... Il en restera toujours quelque chose ! ». Si tu te souviens qui a dit ça, fais moi signe, parce que c'est bien vrai ! C'est incroyable tout ce que Christiane Taubira a du encaisser ! Des critiques venant visiblement d'individus qui n'avaient même pas lu ce qu'elle proposait. Des procès d'intention. Et je ne parle pas des insultes, des « Y a bon Banania ». Cette petite fille qui lui a lancé « La guenon, mange ta banane. » Cela ne valait pas la peine d'être relevé. SI je le fais c'est pour souligner la réponse qu'elle a donnée dans son livre1 . Cela mérite une citation intégrale :

« Que sera-t-elle préparée à connaître du monde, et donc à comprendre d’elle-même, si des adultes, dont ses parents, parasitent encore longtemps l’innocence de son âge et y assèchent ces trésors de curiosité, de gourmandise pour l’autre, de goût pour l’inconnu qui, communément, l’habitent ? »

On ne peut que constater l'abîme qui sépare la dignité de cette femme de la petitesse de ses détracteurs. Et je ne suis pas méchant ! Quand on comprend l'intention qui a guidé sa proposition de réforme pénale, on ne peut que s'incliner. Son soucis était tout simplement humain.

Posons nous la question « À quoi sert la prison ? » À protéger la société d'individus dangeeux , » O.K. Mais c'est la minorité des cas. À sanctionner une faute ? O.K. Depuis le Moyen-Age, la privation de liberté est une sanction traditionnelle. Mais est-ce la meilleure ?  Celle qui permet la meilleure réhabilitation ? Et même celle qui coûte le moins cher à l'état ? Je ne parle pas de l’aggravation de la délinquance entraînée par la prison (voir le recrutement de Daesh dans nos geôles). C'est toutes ces questions que s'est posées C. Taubira. Où est le laxisme dont on l'accuse dans tout ça ?

Je suis toujours consterné par ce déferlement de haine. Tous ces gens coincés. Les mêmes que ceux qui ont insulté Simone Veil à propos de la loi sur l'avortement. Tous ces gens refoulés qui sont incapables de vivre les principes qu'ils s'imposent et qui expulsent leur agressivité en projetant leur haine sur les gens libres.

Malheureusement cette calomnie, dont je parlais au début, a porté ses fruits. Plus des 2/3 des français sont heureux du départ de la Ministre de la justice. Tu crois toujours à la démocratie ? Moi qui suis contre et qui cherche quelque chose de mieux, je constate que les français n'ont même pas atteint ce niveau là. No comment.

Pierre Otchick.