Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/05/2018

La fusion nucléaire et la démocratie 

Mère nature quand donc me laissera tu en paix ? J'étais tranquillement en train de regarder un docu sur la fusion nucléaire, sur Arte évidemment (le 21/4 à 21h), je pensais apprendre tout sur le confinement magnétique ou inertiel, juste de quoi ne pas avoir l'air idiot quand je discuterai avec mon ami Tournesol. Nada ! Je risque de mourir idiot. En plus je voulais m'éloigner de la politique. J'avais tout faux ! Le documentaire l’a ramenée au galop. Par quel détour tortueux ? Je vais essayer de t'expliquer.

Prenons l'exemple d’ITER, ce projet mégalo qui doit permettre aux terriens de consommer autant d'énergie qu'ils le veulent sans détruire la planète. Problème : les délais ont doublé, triplé. Le budget, déjà faramineux, a explosé. Tu vas me dire, c'est normal, les problèmes techniques à résoudre sont tels qu'il n'y a rien d'étonnant. Eh bien, d'après les experts, le problème n'est pas là. Il est organisationnel ! C'est le dernier directeur d’ITER, qui nous l'a expliqué. 
Son dernier job ? la direction de la Station Spatiale Internationale. Tu vas me dire, là aussi, c'est comme les ministres, tu avais la guerre ? je te passe l’agriculture ! Eh bien non, c'est beaucoup plus subtil. Quel est le point commun à ces deux projets ? Leur gigantisme ! Je laisse la parole au directeur. « J'ai été frappé de voir à quel point ces deux projets se ressemblaient. On n'avait pas encore réussi à faire en sorte que les processus décisionnels concordent avec les méthodes d'ingénierie système. » Qu'est-ce que tu dis Joshua ? Késako ? Eh bien, fais comme moi, regarde sur la Toile. Ce que je crois avoir compris c'est que, quel que soit le type d'industrie, la gestion des systèmes a des points communs. On peut donc en tirer des lois générales, d'où la naissance d'une nouvelle science... enfin, d'une nouvelle technique : l’ingénierie des systèmes.

Ça m'a fait réfléchir. Oui, ça m’arrive. La France, c'est un sacré système, encore plus complexe que toute industrie : économique, social, politique, psychologique... et on demande à un seul homme de tout gérer, avec presque tous les pouvoirs. Enfin ceux que Macron n’a pas, il les prend ! Tu comprends pourquoi je suis contre la démocratie. Je t'ai parlé de l'’’anthropoarchie’’ de la planète Zeta-1-4 du Réticule.

http://libertinslibertaires.hautetfort.com/archive/2012/03/29/pourquoi-pas-une-constituante-avec-une-moitieelue-par-tirage.html

Quand j’en parle, à chaque fois, on me répond : mais comment coordonner tout ça ? Je te renvoie à Proudhon : par des structures permettant la confrontation d'intérêts contradictoires. Comment ? Ben, c'est là qu'il faut inventer. Il faut créer l'équivalent d'une ingénierie système appliquée au canton, à la région à l'Europe, au Monde entier.


Terriens, vous avez du pain sur la planche.

Pierre Otchick.

Écrire un commentaire