Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/06/2018

Oui au nucléaire

- Qui a dit ça ?

- C’est moi, Tournesol.

- Ça va pas la tête !

- Je n’ai pas dit à quel nucléaire je pensais. Mais d’abord tu voulais nous parler du libéralisme.

- Oui.

Libéralisme ou étatisme ? Lequel des deux vous abhorrez ?
Les deux mon capitaine !
Je t'explique. Si mercredi dernier (le 30 mai) tu as regardé "Le monde en face" sur la 5,  tu vas comprendre tout de suite. Sinon, dépêche-toi ! Tu as encore deux jours pour le regarder en replay.
Je n'ai jamais vu de plaidoyer aussi clair et aussi percutant en faveur du libéralisme économique. Eh oui, c'est simple : le nucléaire électrique, cette exception française, n'aurait jamais pu exister avec un financement privé. Même si un industriel, un peu fou, s'était lancé dans l'aventure, il aurait vite jeté l'éponge. C'était une initiative de l'état, et cela n'a été possible que grâce à une perfusion permanente de l'État. Et là, je rejoins totalement les libéraux : on aurait pu éviter une belle catastrophe !
Qu'est-ce que tu dis Tournesol ?
- Et on serait passé à côté d'une belle maîtrise du nucléaire -
- Pourquoi faire ?
- Pas pour la bombe, ni pour l'électricité, mais pour la recherche et des applications à venir.
- Par exemple ?
- Un brise-glace atomique, ça peut être utile. Et qu'est-ce que tu dirais d'une fusée ionique, munie d'une pile atomique, qui irait sur Mars en quelques mois et qui pourrait revenir tout de suite. Alors qu'une fusée chimique mettrait 8 mois et que les astronautes seraient obligés d'attendre 18 mois que la terre soit dans la bonne position pour revenir ?
Tu nous entraîne bien loin. Revenons à nos moutons. Dans ce docu, Patrick Benquet a remarquablement bien analysé ce qui se passe en France. Et il a choisi des intervenants qui n'y sont pas allés avec le dos de la cuillère.
Par exemple : "EDF n'est pas une entreprise qui fabrique du courant mais du nucléaire." "Le conseil d'administration est complètement aux mains de fans du nucléaire, avec les voix des représentants de l'État... qui n'y connaissent rien, mais qui  sont complètement sous le joug de quelques hauts fonctionnaires sortis du corps des Mines et qui apportent leur expertise." Quand un polytechnicien fait un rapport, on ne regarde pas si c'est scientifique, on regarde la signature, et on se dit " C'est un polytechnicien, il doit avoir raison! " Or ces braves gouroux ne sont plus capables d'un comportement scientifique. Leur passion du nucléaire est une véritable religion. Oui, et c'est comme ça qu'on se lance dans une aventure qui est une véritable impasse !
Freud tu peux nous faire une analyse de ce type de comportement ? Folie des grandeurs, innovation à tout prix, lancement industriel sans aucune étape préalable, Déni de la réalité. Qu'est-ce que tu en penses ? Eh oui, on est proche de la paranoïa !
Les libéraux ont raison : on ne remet pas une entreprise aussi importante entre les mains d'un état qui n'est pas démocratique.
- Qu'est-ce que tu dis ?
- Le libéralisme montre ses tares tous les jours. Regarde les récentes délocalisations et tous ces gens qui se retrouvent au chômage après avoir travaillé plusieurs décennies dans une même entreprise !
Oui tu as raison je suis pour un libéralisme, mais pas celui-là : un libéralisme concerté,  contrôlé, mais pas par l'État. Les organismes de concertation et de contrôle sont
à créer. Nos enfants ont du pain sur la planche.
Bisous.

Pierre Otchick

 

Écrire un commentaire